Image Alt

Déclarations

De nombreux rapports font état de meurtres commis par les forces de sécurité dans la capitale, Conakry, et dans d'autres grandes villes, en rapport avec l'élection législative et le référendum constitutionnel de mars et l'élection présidentielle d'octobre. Le ministre de la Sécurité a fait état de six personnes tuées, dont quatre ont été abattues par les forces de sécurité. Les dirigeants de la société civile du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une large coalition d'opposition qui proteste contre le référendum

Le FNDC, en tant que principal Mouvement Citoyen opposé aux forfaitures en cours en Guinée, tient à préciser que sa nouvelle stratégie s’articulera autour de la poursuite de la lutte contre le 3ème mandat qu’un groupuscule tente d’imposer au Peuple opprimé de Guinée ainsi que ses conséquences économiques et sociales. Il s’agit notamment de la flambée des prix des denrées de premières nécessité, le déguerpissement sauvage des pauvres populations, le chômage grandissant, les multiples violations des libertés individuelles et collectives, ainsi que la corruption

Le FNDC condamne vigoureusement cet énième assassinat de prisonnier politique commandité par le régime d'Alpha Condé et exige qu'une enquête internationale soit diligentée sur la pratique de la torture et d’autres méthodes secrètes d’élimination dans les prisons en Guinée.

Le FNDC condamne énergiquement cette vague de règlement de compte et l'incarcération arbitraire de leaders politiques sur la base d'allégations mensongères et complotistes. En raison de ces dérives totalitaires et du refus d'exécution des mandants d'arrêt décernés contre le Commissaire Fabou Camara et le Commandant Mohamed Lamine Simakan, il est hors de question que notre camarade Sékou Koundouno, visé par les mêmes décisions de harcèlement judiciaire, se rende à une justice qui a choisi de servir un homme qui s'appelle Alpha Condé au détriment