Image Alt

Communiqués

Les organisations signataires de ce communiqué appellent les autorités guinéennes à remettre en liberté, immédiatement et sans conditions, Oumar Sylla, à mettre un terme à la persécution que subissent ceux qui expriment de manière pacifique leur opposition aux autorités au pouvoir et à garantir les droits fondamentaux reconnus par la Constitution guinéenne.

Faisant suite à la résolution du Parlement Européen de février 2020, le FNDC demande également aux États de l’UE de prendre des sanctions ciblées contre des responsables politiques et des forces de défense et de sécurité impliqués dans les atrocités commises contre les populations civiles.

Le FNDC condamne énergiquement cette vague de règlement de compte et l'incarcération arbitraire de leaders politiques sur la base d'allégations mensongères et complotistes. En raison de ces dérives totalitaires et du refus d'exécution des mandants d'arrêt décernés contre le Commissaire Fabou Camara et le Commandant Mohamed Lamine Simakan, il est hors de question que notre camarade Sékou Koundouno, visé par les mêmes décisions de harcèlement judiciaire, se rende à une justice qui a choisi de servir un homme qui s'appelle Alpha Condé au détriment

Le FNDC réaffirme son soutien indéfectible et sa solidarité à Sekou Koundouno responsable des stratégies et planification du FNDC, à Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Baldé, Chérif Bah et à Abdoulaye Bah, tous membres de l’UFDG ainsi qu’Etienne Soropogui, allié de l’UFDG. Aucun membre du FNDC ne répondra à la convocation d’une justice partiale tant que les mandats d'arrêt émis par un juge contre le Commissaire Aboubacar Fabou Camara et le Commandant de BRI Mohamed Lamine Simankan, ne sont pas exécutés.

Aucun membre du FNDC ne répondra à la convocation d’une justice partiale tant que les mandats d'arrêt émis par un juge contre le Commissaire Aboubacar Fabou Camara et le Commandant de BRI Mohamed Lamine Simankan, ne sont pas exécutés. Car, "à une loi injuste, nul n'est tenu d'obéir". Aucune forme d’intimidation et de répression ne mettra fin à la lutte démocratique du FNDC jusqu’au départ du putschiste Alpha Condé.

Saint Augustin disait sagement : « A UNE LOI INJUSTE NUL N'EST TENU D'OBEIR ». C’est pourquoi, nous sommes convaincus que la conjoncture offre 2 possibilités au peuple de Guinée de résister face à la dérive et à l’oppression. La première est naturellement la violence et la seconde, la désobéissance civile. Le FNDC opte pour la désobéissance civile et en appelle au peuple de Guinée, longtemps opprimé, à refuser de s’acquitter de son devoir vis-à-vis des structures politiques et économiques du régime illégitime et

D'ores et déjà, la coordination nationale du FNDC condamne fermement les dégâts matériels occasionnés et les assassinats de civils qui sont en train d’être perpétrés par les forces de défense et de sécurité au service de M. Alpha Condé. Le FNDC est révolté d’apprendre la mort par balle ce mercredi 21 octobre 2020 de Boubacar Baldé, son coordinateur à Sonfonia Gare. Nous adressons nos condoléances à sa famille et nous nous inclinons devant la mémoire de tous disparus. Le FNDC exprime également tout son

Par ailleurs, une CENI et une Cour Constitutionnelle inféodées au régime dictatorial d’Alpha Condé, une administration territoriale partisane et des Forces de Sécurité et de Défense toujours prêtes à réprimer sauvagement toute contestation ne laissent planer aucun doute quant à l'inéluctable blanchiment d’un coup d’État civil au soir du 18 octobre. Pour ces raisons, le FNDC déclare illégitime et illégale la candidature d’Alpha Condé au scrutin du 18 octobre 2020 et ne reconnaîtra donc pas une prétendue victoire d’Alpha Condé. Cette consécration du processus