Image Alt

TROISIÈME MANDAT Tag

Pour Abdourahmane Sano, la Guinée est actuellement « dans un processus de coup d’État » fomenté par celui qu’il appelle « monsieur » Alpha Condé. Dans cette période de tensions politiques, il assure que « le dialogue est nécessaire », mais pas au détriment des principes démocratiques.

Malgré la répression féroce qui s’est abattue sur les manifestants du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), collectif de partis d’oppositions et d’organisations de la société civile, le Président Conté a obtenu une remise à zéro du nombre de mandats présidentiels dont la limite est bien inscrite dans la constitution (art. 27)[2], grâce au référendum constitutionnel organisé en pleine épidémie du COVID-19.

Le principe de la limitation du nombre de mandats présidentiels est si fondamental qu'il a été repris même les rédacteurs du projet de constitution soumis au référendum du 22 mars 2020. Cela sonne comme une sorte de désaveu pour ceux qui prétextent que la limitation du nombre de mandats n'est pas synonyme de démocratie. La démocratie ne se résume pas à la limitation du nombre de mandats . Mais une démocratie, c'est aussi la possibilité d'une alternance. Sans celle-ci, celle-là n'est pas viable

Alpha Condé a un mépris total pour la Guinée et particulièrement pour la Haute Guinée qu’il considère comme sa propriété. Ce mépris est d’autant plus profond que la plupart des cadres de cette région, aujourd’hui occupant des postes dits juteux, ont préféré le silence en vue de continuer à s’enrichir au détriment de leurs frères et sœurs abandonnés dans la pauvreté.

Le ton est ferme ! Abdourahmane Sano, coordinateur national du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), vient de briser le silence, promettant que l’opposition va anéantir Alpha Condé et l’amener à se raviser. Confiné à domicile le jour de la manifestation appelée par sa plateforme le lundi 20 juillet 2020, M. Sano revient sur cette journée. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, le leader du FNDC parle de la prochaine étape pour obtenir le départ du dirigeant guinéen.

En tout cas, avant qu'il ne soit trop tard, sauvons ce pays des mains de l'ancien opposant « historique » qui a le don, pour ne pas dire l'égoïsme, de salir tout le monde sur son passage. Démocratie naissante assassinée, l'élite mouillée dans une gouvernance peu vertueuse et la nation humiliée. Triste fin d'un pyromane doublé d'imposteur.

Vivement préoccupés par la persécution, les tentatives d'intimidation, les arrestations arbitraires et les menaces de mort dont sont victimes les responsables de l'antenne préfectorale du FNDC à N'zérékoré, nous publions une liste non exhaustive des principaux instigateurs, commanditaires et auteurs de nombreuses violations des droits humains en Guinée Forestière.

Dans un contexte où le monde est préoccupé par l'expansion du coronavirus, Alpha Condé décide de plonger son pays dans une situation explosive pour assouvir son intérêt purement égoïste : sa présidence à vie. Déjà, plus de quarante guinéen.ne.s avaient perdu la vie avant le début du holdp électoral de ce dimanche 22 mars. Mais c'était sans connaître l'hécatombe dans lequel Alpha Condé et son clan veulent amener le peuple martyr de Guinée.

L'injustice, le manque ou la piètre qualité des services publics, la faim, le manque d'infrastructures, la pauvreté endémique, la haine de l'autre et peut être même la guerre civile que tout cela pourrait engendrer seront entre autres les effets à court et moyen termes que le peuple de Guinée vivra suite à cette imposture. D'où la nécessité pour chaque citoyen de sortir de son semblant de confort personnel pour se battre afin de préserver les rares acquis démocratiques et surtout pour dégager le ciel au