Image Alt

GUINEE Tag

Ce panel virtuel verra la participation d’éminents membres de la société civileguinéenne et africaine comme Abdourahmane Sano, Coordonnateur National du FNDC, Mamadi Kaba, Président de la Ligue pour les droits et la démocratie en Afrique (LIDDA en Guinée) et Antoine Pépé Lamah, avocat. Fatou Jagne Senghore, Directrice régionale de l’Article 19 Afrique de l’Ouest, sera également parmi les panélistes.

, le Procureur de la République, en voulant à tout prix faire du mal à un justiciable, s'est tout simplement couvert de ridicule aux yeux du monde. Cette attitude se comprend aisément dans la mesure où ce Procureur est obligé de tout faire pour bénéficier de la protection de Alpha Condé par son maintien à son poste.

L'État s'est particulièrement appuyé sur un certain nombre de magistrats pour mener à bien son entreprise de musellement des acteurs de la société civile et des acteurs politiques opposés au projet de présidence à vie. Parmi ces magistrats, dont certains ont toujours agi comme des militants en violation de leur serment, il y en a qui se sont particulièrement illustrés et qui méritent d'être connus de tous les Guinéens et la communauté internationale.

En dépit de cette répression aveugle et des coups bas ou manœuvres d'autres acteurs de la société civile, il a réussi à mobiliser des millions de Guinéens sans distinction. Au minimum, il est parvenu à conscientiser les citoyens. Voilà une réussite que même ses pires adversaires ou détracteurs ne peuvent nier.

Par ailleurs, une CENI et une Cour Constitutionnelle inféodées au régime dictatorial d’Alpha Condé, une administration territoriale partisane et des Forces de Sécurité et de Défense toujours prêtes à réprimer sauvagement toute contestation ne laissent planer aucun doute quant à l'inéluctable blanchiment d’un coup d’État civil au soir du 18 octobre. Pour ces raisons, le FNDC déclare illégitime et illégale la candidature d’Alpha Condé au scrutin du 18 octobre 2020 et ne reconnaîtra donc pas une prétendue victoire d’Alpha Condé. Cette consécration du processus

En effet jeudi dernier, lors du procès de l'activiste Oumar Sylla Foniké Mengué, le procureur aurait déclaré que le FDNC organise des manifestations dans le but de faire tuer des innocents. "L'Etat n'a jamais tué, ceux qui tuent sont ceux qui veulent prendre le pouvoir par la force", aurait-il indiqué dans le débats. Des propos qui ne laissent pas de marbre les avocats du FNDC pour la Cour Pénale Internationale.

Malgré la répression féroce qui s’est abattue sur les manifestants du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), collectif de partis d’oppositions et d’organisations de la société civile, le Président Conté a obtenu une remise à zéro du nombre de mandats présidentiels dont la limite est bien inscrite dans la constitution (art. 27)[2], grâce au référendum constitutionnel organisé en pleine épidémie du COVID-19.