Image Alt

Tribune

Le principe de la limitation du nombre de mandats présidentiels est si fondamental qu'il a été repris même les rédacteurs du projet de constitution soumis au référendum du 22 mars 2020. Cela sonne comme une sorte de désaveu pour ceux qui prétextent que la limitation du nombre de mandats n'est pas synonyme de démocratie. La démocratie ne se résume pas à la limitation du nombre de mandats . Mais une démocratie, c'est aussi la possibilité d'une alternance. Sans celle-ci, celle-là n'est pas viable

Eh bien, voilà, chers camarades, commençons par nous aider nous-mêmes par la défense de la République. Seul pour la patrie, notre sang mérite de couler ; car, malheureusement, nous avons des sangsues en face aujourd’hui. Battons-nous ensemble pour obtenir la justice et la paix pour la Guinée d’une dictature qui est en train de tuer les plus jeunes d’entre nous.

Alpha Condé a un mépris total pour la Guinée et particulièrement pour la Haute Guinée qu’il considère comme sa propriété. Ce mépris est d’autant plus profond que la plupart des cadres de cette région, aujourd’hui occupant des postes dits juteux, ont préféré le silence en vue de continuer à s’enrichir au détriment de leurs frères et sœurs abandonnés dans la pauvreté.

D'après M. Mamadi Kaba, ancien Président de l'Institution Nationale des Droits Humains ( INIDH), le succès des manifestations de janvier et février 2007 dépendait du fait qu'elles étaient menées par la société civile mais très fortement soutenue par les partis politiques. Il reconnaît que la société civile n'aurait pas pu mobiliser à elle seule les millions de Guinéens qui étaient descendus dans la rue. Mais la classe s'était montrée discrète et avait pris soin de laisser le leadership du mouvement aux acteurs de la

Vous voulez que les gens prennent les armes contre leur propre pays comme l'avaient fait certains au temps de Conté ? Êtes-vous nostalgiques de l'époque des rébellions armées ? Il est bien vrai que c'est le souhait de certains parce qu'ils pourraient prospérer ainsi dans le trafic d'armes aussi puisque c'est un autre business juteux. Mais ce n'est pas l'option du FNDC

On ne le dira jamais assez. La Guinée est aujourd’hui à un tournant stratégique de son destin. En raison du fait qu'une majorité a pris faits et causes pour la République contre une minorité d'affairistes préférant leurs intérêts personnels, advienne que pourra. L’heure est plus que déterminante et décisive pour la survie de notre nation. Après avoir remporté une première bataille avec le chaotique double scrutin du 22 mars, Alpha Condé est résolu à triompher de la guerre. Quoi qu’il en coûte. Ainsi, il continue

Nous devons faire de ce 20 juillet une date cruciale de l’histoire de notre pays. Les Guinéens, doivent massivement sortir ce jour-là pour adresser un dernier avertissement au pseudo-professeur qui nous gouverne. Ils doivent lui dire haut et fort : « Annule ta mascarade de référendum, abroge ta constitution bidon, renonce à ton projet toxique de troisième mandat ! » Tous dans la rue et pas seulement à Conakry : à Boké, à Siguiri, à Mali et à Yomou aussi ! Personne ne doit rester

Cette régression de la Guinée vers un pouvoir de type autoritaire est source d’instabilité politique et de difficultés économiques dans ce pays de 12 millions d’habitants dont les ressources minérales n’ont pas prémuni contre la pauvreté. Les implications pourraient être graves dans les pays voisins qui seront directement affectés par cette instabilité.

Dans un contexte où le monde est préoccupé par l'expansion du coronavirus, Alpha Condé décide de plonger son pays dans une situation explosive pour assouvir son intérêt purement égoïste : sa présidence à vie. Déjà, plus de quarante guinéen.ne.s avaient perdu la vie avant le début du holdp électoral de ce dimanche 22 mars. Mais c'était sans connaître l'hécatombe dans lequel Alpha Condé et son clan veulent amener le peuple martyr de Guinée.