Image Alt

Dans les médias

C’est une marée humaine, habillée en rouge, couleur du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), qui a déferlé sur la capitale Conakry ce lundi. La démarche visait à dire Non à l’idée d’une nouvelle constitution qui pourrait permettre à Alpha Condé de s’octroyer un mandat de plus à la tête de la Guinée.

Les militants et les sympathisants du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ont une nouvelle fois marché ce lundi 6 janvier, du rond-point de la Tannerie jusqu’à l’esplanade du Stade du 28 septembre, dans la commune de Dixinn, où les différents leaders qui se relayés à la tribune, se sont vertement pris au président Alpha Condé et à son projet de nouvelle constitution. Guinéenews vous fait vivre via cette vidéo qui suit, l’ambiance qui y a prévalu.

L’arrestation et la condamnation d’Abdourahamane Sano, coordonnateur du FNDC a mis en avant un activiste dont le passé professionnel et politique est devenu un symbole en Guinée, pour tous ceux qui par leurs efforts, essaient de privilégier l’intérêt national au lieu des avantages matériels temporaires, tentant ainsi de mettre la Guinée sur le chemin de la bonne gouvernance, de l’unité, de la tolérance

Le  coordinateur du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) dénonce la mauvaise gouvernance du régime actuel. Abdourahamane Sanoh promet que le combat contre un troisième mandat pour Alpha Condé servira de leçons à celui qui le succédera à Sékhoutouréyah en 2020. ‘’Aujourd’hui, le président de la République ne semble pas avoir toutes les capacités nécessaires pour gérer la Guinée. Le pays est dans les mains d’une clique mafieuse qui est en train de piller nos ressources. Un clan prend le

Un bras de fer oppose la mairie de Kaloum au Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC). En prélude à leur manifestation prévue le lundi 6 janvier 2020, les opposants au projet de nouvelle constitution ont adressé une lettre d’information à la municipalité de Kaloum. Mais les autorités communales de Kaloum ont refusé de prendre le courrier, a-t-on appris de source proche du FNDC. « Je suis actuellement dans leur locaux depuis 13heures pour déposer le courrier, mais ils refusent. Quand je suis arrivé,

Les masques viennent de tomber. Alpha Condé a parlé pour exprimer sa position tant attendue sur la nouvelle constitution. Si étroitement liée au quotidien des Guinéens, à l’état de la démocratie, à l’avenir du pays. Après tant de gâchis en vies humaines, en violence policière, en recul des libertés, en temps de travail, l’heure ne devrait plus être à l’interrogation. Que nenni, hélas ! On ne peut pas ne pas s’interroger en attendant qu’il rentre d’Abuja pour revenir sur ce discours, sûrement rédigé à l’emporte-pièce

Alors qu’un débat sur la nouvelle constitution et un troisième mandat en faveur d’Alpha Condé fait rage en Guinée, les dirigeants ouest-africains ont précisé que la plupart des pays qui organiseront des élections en 2020 en seront à leur cinquième ou sixième cycle électoral et que cela constituera un important test de l’engagement de la CEDEAO en faveur de la consolidation de la démocratie. Saluant les avancées démocratiques réalisées dans les région, la conférence a exhorté les Etats membres de la CEDEAO, devant organiser des

Professeur Lansinè Kaba, l’universitaire guinéen qui officie au Qatar revient à la charge. Il est foncièrement oppose au projet de nouvelle constitution porté par le président Alpha Condé et ses partisans. Mais au-delà de sa personne, l’historien invite ceux des Guinéens qui sont hésitants à sortir de l’indifférence. “Le droit et la justice doivent triompher. Il faut une mobilisation générale des bonnes volontés, une force colossale, mais paisible, pour démontrer la détermination des populations contre les agissements inacceptables, perfides et honteux des autorités”, tel