Image Alt

Dans les médias

Me William Bourdon, avocat du FNDC ENTRETIEN. Avocats du collectif de l'opposition qui a signalé à la CPI des atteintes aux droits de l'homme, William Bourdon et Vincent Brengarth ont répondu au Point Afrique. Les autorités guinéennes viennent de reconnaître pour la première fois, par le parquet général de Kankan, que Nzérékoré, l'une des plus grandes villes du pays voisines du Liberia, a été le théâtre, le 22 mars et les jours suivants, de heurts meurtriers entre communautés religieuses et ethniques et d'attaques et de représailles contre des

Cette régression de la Guinée vers un pouvoir de type autoritaire est source d’instabilité politique et de difficultés économiques dans ce pays de 12 millions d’habitants dont les ressources minérales n’ont pas prémuni contre la pauvreté. Les implications pourraient être graves dans les pays voisins qui seront directement affectés par cette instabilité.

Entre octobre 2019 et janvier 2020, des attaqué ont visé des sièges de partis politiques à Kankan, opposés au troisième mandat d’Alpha Condé, causant des dégâts matériels importants ainsi que des blessés. Les enquêtes n’ont pas permis de faire la lumière sur ces actes qui restent jusque-là impunis. Selon des informations de VisionGuinee, le Front national pour la défense de la constitution (FNDC), qui n’entend pas croiser les bras, s’apprête à publier une liste ‘’d’individus très dangereux qui commanditent des actes de destruction de biens

Le message du 24 février du Chef d’État major de l’armée de terre, Pépé Roger SAGNO, mettant « toutes les unités de l’armée de terre en alerte à partir du mardi 25 février 2020 sur toute l’étendue du territoire national et cela jusqu’à nouvel ordre », et demandant à des unités militaires d’ « organiser des patrouilles diurnes et nocturnes » est un nouveau signe de l’escalade en cours, qui pourrait menacer à terme l’unité et la paix dans le pays. Ce message est intervenu une semaine avant l’organisation du

Le gouvernement guinéen devrait respecter la liberté de réunion et s’assurer de la discipline des forces de sécurité à l’approche du référendum constitutionnel du 1er mars 2020, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Ce référendum pourrait notamment ouvrir la voie au président Alpha Condé pour briguer un troisième mandat Lire la suite sur hrw.org

C’est une dame qui travaille au marché Enco 5 comme femme de ménage, à quelques centaines de mètres de là. Elle était venue dans le quartier car elle avait appris le matin même qu’un enfant d’une de ses proches avait été blessé au pied lors des manifestations. Elle venait donc rendre visite à la famille de cet enfant, mais elle ne connaissait pas bien le quartier, car elle vit dans un autre quartier de Conakry.

« Les autorités [religieuses], se sont mobilisées pour s’engager dans une sortie de crise. Elles ont fait une déclaration dont tout le monde connait la teneur. Suite à leurs appels et démarches, nous avons accepté de faire une trêve la semaine prochaine en attendant de voir comment vont évoluer leurs démarches auprès des autorités guinéennes », a annoncé  à la presse Abdouramane Sanoh. Mais en cas d’obstination des autorités à aller dans le sens du projet de la discorde, le FNDC n’hésitera pas à appeler ses partisans

Ce mardi matin, dans le cadre de la revue régulière de la situation des droits humains dans les pays membres de l'ONU, c'était au tour de la Guinée justement de passer devant ses pairs. Alors que depuis le début de la mobilisation contre un changement de Constitution, des violences meurtrières ont fait des victimes parmi les civils et les gendarmes. Lire la suite sur RFI

Selon le constat, du Km36 au carrefour Sangoyah, en passant par Kountia, Lansanayah, Dabompa, Tombolia, ENTAG et Kissosso, on note une certaine paralysie des activités. La circulation est fluide, les marchés aux condiments ainsi que les stations services sont fonctionnels. Les étalagistes sont également présents. Mais, plusieurs magasins et boutiques sont fermés le long de l’Autoroute. C’est notamment dans les marchés du Km 36, de Lansanaya barrage, de Dabompa, de Tombolia et d’ENTAG. Sur place, plusieurs propriétaires de boutiques et magasins sont assis devant leurs