Image Alt

Dans les médias

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a profité de sa rencontre  avec la mission conjointe de la CEDEAO, de l’Union Africaine et des Nations unies, ce  jeudi 1er octobre pour réitérer sa position contre le troisième mandat du président Alpha Condé. La délégation internationale était composée des ministres des Affaires étrangères du Ghana, du Niger, du Burkina Faso ; du président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Brou, de d’Ibn Chambas, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies et Chef de

Particulièrement active durant les manifestations du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) qui avaient précédé le double scrutin du 22 mars 2020, l’antenne régionale du mouvement anti-troisième mandat n’entent pas rompre avec cette tradition. Ainsi, appelle-t-elle à une grosse mobilisation, le 29 septembre prochain pour répondre notamment à l’appel de la coordination nationale du FNDC, en vue de s’opposer au « projet de troisième mandat et à la politique de division de M. Alpha Condé« . Mais en ce qui la concerne,

Arrêté suite à son passage dans l’émission « Les Grandes Gueules » de la radio Espace, le 17 avril 2020, Oumar Sylla (dit Foniké Menguè), responsable du Front National pour la Défense de la Constitution a été poursuivi pour certains de ses propos avec des chefs d’accusation comme « menace », « diffusion de fausses informations tendant à troubler l’ordre public »… Mais, l’homme a tenu tête et n’a jamais renié ses propos. Au contraire, responsable des antennes, de la mobilisation et des actions du Front National pour la Défense de la

Les examens scolaires prenant fin avec ce mois d’août, les hostilités entre le pouvoir du président Alpha Condé et ceux qui sont opposés au troisième mandat que ses partisans voudraient lui offrir pourraient reprendre octroyer. En tout cas, au niveau du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), la plateforme qui fédère tous les opposants à un troisième mandat pour le président sortant, on annonce la fin de la trêve pour le 31 août. Une annonce dont la conséquence, selon Ibrahima Diallo,

« Monsieur le président, la Guinée souffre de beaucoup de maux. Nous voulons que ça change. Mais, notre volonté de faire changer les choses est tuée. Nous sommes brimés, on veut nous voler nos droits ; et, des gens comme Foniké Menguè sortent pour empêcher qu’on nous vole ce qui nous est cher. Au lieu que les voleurs ne soient arrêtés, c’est plutôt les victimes qui sont inquiétés. Pourquoi chaque fois qu’il s’agit d’une revendication de nos droits, l’Etat sort des chars, des camions

Conakry-Au sortir d’une longue journée d’audience jeudi, les avocats de Foniké Menguè, figure de prou du front anti-troisième mandat (FNDC), par la voie de Me Salifou Béavogui, ont exprimé leur sentiment.“Pendant plusieurs heures, comme dans une salle de cinéma ou dans un théâtre, monsieur le procureur de la  République, dans un ton plus ou moins humoristique, s’est évertué à flétrir le Front National pour la Défense de la Constitution, à contester le FNDC, à qualifier le FNDC de tous les noms d’oiseaux, à

A l’issue des débats, le procès d’Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, responsable des antennes et des actions du FNDC, se trouve maintenant à la phase des réquisitions et plaidoiries. Et le procureur, qui a ouvert le bal, a réclamé 2 ans de prison et 30 millions de francs d’amende contre l’opposant à un troisième mandat pour le président Alpha Condé, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place. Pour Sidy Souleymane N’Diaye, Foniké Menguè a violé la loi à travers ses propos tenus le

Entre douleur, consternation et colère, j’ai décidé d’écrire aujourd’hui, de décrire, d’expliquer, les circonstances de l’assassinat de mon frère Alhassane BARRY. Les grandes douleurs sont certes muettes, mais celle que j’exprime ici, ne peut se réfugier dans un silence Monacal, au risque d’être complice. Pour mémoire, la date du 20 juillet, était celle choisie par le Front National Pour La Défense de La Constitution-FNDC, un mouvement de la société civile pour, encore une fois, manifester contre le projet de troisième mandat auquel le pouvoir de

En effet jeudi dernier, lors du procès de l'activiste Oumar Sylla Foniké Mengué, le procureur aurait déclaré que le FDNC organise des manifestations dans le but de faire tuer des innocents. "L'Etat n'a jamais tué, ceux qui tuent sont ceux qui veulent prendre le pouvoir par la force", aurait-il indiqué dans le débats. Des propos qui ne laissent pas de marbre les avocats du FNDC pour la Cour Pénale Internationale.

Pour Abdourahmane Sano, la Guinée est actuellement « dans un processus de coup d’État » fomenté par celui qu’il appelle « monsieur » Alpha Condé. Dans cette période de tensions politiques, il assure que « le dialogue est nécessaire », mais pas au détriment des principes démocratiques.