Image Alt

Communiqués

COMMUNIQUE N°127 Le FNDC est meurtri par un mémorandum conflictogène et haineux daté du 27 juillet 2020 adressé à M. Alpha Condé au nom de la jeunesse de la "communauté" Konia de la Guinée Forestière. Il est intolérable qu'avec l'appui de l'administration publique locale de N'zérékoré un groupuscule de militants du RPG s'arroge impunément le droit de parler au nom de toute une "communauté" pour exiger de l'Etat un règlement de compte, la persécution et la punition injustifiée de citoyens guinéens dans leur propre pays. Ce document

COMMUNIQUE DE PRESSE TLP s’étonne que les sanctions annoncées à la suite du sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO du 20 août 2020 se réfèrent au protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance, dont l’institution n’a jamais veillé à l’application au Mali. Les éléments déclencheurs de la crise politique et sociale actuelle au Mali trouvent leur source dans les manquements graves et répétés aux principes de la lutte contre la pauvreté et la bonne gouvernance défendus par ce protocole additionnel. Depuis sa création en

COMMUNIQUE N°126 Prenant acte du changement politique intervenu en République du Mali, le FNDC félicite le Peuple frère pour avoir reconquis sa souveraineté de façon pacifique et responsable. Le FNDC réaffirme son soutien sans réserve à tous les patriotes Maliens, toutes les forces de la nation dont la société civile qui ont inlassablement œuvré, aux côtés du M5-RFP, à la réussite du noble combat du Peuple Malien pour la justice et l’Etat de droit. Le FNDC note avec satisfaction le communiqué de la CEDEAO en date 18

COMMUNIQUE N°126 Prenant acte du changement politique intervenu en République du Mali, le FNDC félicite le Peuple frère pour avoir reconquis sa souveraineté de façon pacifique et responsable. Le FNDC réaffirme son soutien sans réserve à tous les patriotes Maliens, toutes les forces de la nation dont la société civile qui ont inlassablement œuvré, aux côtés du M5-RFP, à la réussite du noble combat du Peuple Malien pour la justice et l’Etat de droit. Le FNDC note avec satisfaction le communiqué de la CEDEAO en date 18

Malgré la répression féroce qui s’est abattue sur les manifestants du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), collectif de partis d’oppositions et d’organisations de la société civile, le Président Conté a obtenu une remise à zéro du nombre de mandats présidentiels dont la limite est bien inscrite dans la constitution (art. 27)[2], grâce au référendum constitutionnel organisé en pleine épidémie du COVID-19.

Cette milice obéit aux ordres du Ministre de la sécurité Albert Damatang Camara et de ses acolytes Ansoumane Camara dit Baffoé et Fabou Camara. Elle est responsable des tueries et enlèvements des citoyens perpétrés ces derniers temps dans les différents quartiers de Conakry et à l’intérieur du pays.