Image Alt

Communiqués

Ce panel virtuel verra la participation d’éminents membres de la société civileguinéenne et africaine comme Abdourahmane Sano, Coordonnateur National du FNDC, Mamadi Kaba, Président de la Ligue pour les droits et la démocratie en Afrique (LIDDA en Guinée) et Antoine Pépé Lamah, avocat. Fatou Jagne Senghore, Directrice régionale de l’Article 19 Afrique de l’Ouest, sera également parmi les panélistes.

Le FNDC, au nom du peuple martyr de Guinée, interpelle également l’Union Européenne pour la prise de sanctions sévères contre les commanditaires et responsables des violations graves des droits humains avant, pendant et après le coup d’état constitutionnel en Guinée.

Ce jour 3 avril 2021 marque l'an 2 de la création du FNDC. A cette occasion, nous vous partageons la liste des martyrs de la lutte contre le #3emeMandat abattus par les FDS au service d'Alpha Condé et son régime. Parmi les 99 personnes tuées le FNDC a pu identifier formellement, à ce jour, 84 victimes

L'État s'est particulièrement appuyé sur un certain nombre de magistrats pour mener à bien son entreprise de musellement des acteurs de la société civile et des acteurs politiques opposés au projet de présidence à vie. Parmi ces magistrats, dont certains ont toujours agi comme des militants en violation de leur serment, il y en a qui se sont particulièrement illustrés et qui méritent d'être connus de tous les Guinéens et la communauté internationale.

Aucun démarchage politique provenant de M.Alpha CONDÉ et ses sbires ne saurait le détourner de sa lutte, car les propositions ont toujours été faites pour sa libération, depuis le premier jour de son arrestation, et il les a déclinées dignement. Ainsi, il ne compte que sur la justice de l'histoire pour l'acquitter.

Au regard de la banalisation de la vie humaine et de l’impunité absolue qu’entretiennent les autorités guinéennes, si aucune sanction vigoureuse n’est prise contre les responsables des graves violations des droits de l’homme commises pendant les manifestations sociopolitiques contre la violation de la Constitution guinéenne, la situation continuera d’empirer sous le régime imposé par un clan mafieux. Le peuple opprimé de Guinée s’interroge sur la valeur et l’intérêt des conventions internationales ratifiées par notre pays en matière de respect des droits humains.