Image Alt

Actualité

Dans son nouveau livre d’entretien « Alpha Condé. Une certaine idée de la Guinée », François Soudan, directeur de la rédaction du groupe Jeune Afrique et ami intime d’Alpha Condé tente de légitimer le Changement constitutionnel voulu par le Chef d’Etat Guinéen en faisant référence à son passé d’opposant. Que reste-t-il aujourd’hui des valeurs démocratiques défendues autrefois par Alpha Condé ? De l’opposant persécuté au dirigeant oppresseur  Alpha Condé a été le visage de l’opposition guinéenne pendant près d’un demi-siècle. En 1970, il est poursuivi par

Le chef de l’Etat, dont le deuxième quinquennat s’achève en 2020, a souvent contesté la pertinence de la limitation du nombre de mandats sur le continent. Le président guinéen Alpha Condé (en boubou blanc), à Abidjan, le 26 avril 2019. Thierry Gouegnon / REUTERS Au moins 28 personnes ont été blessées jeudi 13 juin à N’Zérékoré, dans le sud de la Guinée, lors d’une manifestation contre l’intention prêtée au président Alpha Condé de modifier la Constitution pour briguer un troisième mandat, a-t-on appris de source médicale. « Il y a au

ui est mieux placé dans le gouvernement pour s’opposer au funeste projet de troisième mandat que le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, gardien de la Constitution, protecteur de l’État de droit et garant ultime des droits et libertés fondamentaux ? Le Ministère de la Justice, institution régalienne par excellence, fait du Garde des sceaux la voix la plus autorisée dans la République pour défendre ou rejeter un projet de réforme constitutionnelle. Il n’est pas superfétatoire de rappeler que la position de Cheick Sacko à

Dans cet article, Amadou Barry depuis Bruxelles fait le rappel du parcours du président actuel de  la Guinée, pour signifier son incompréhensible volonté de se maintenir au pouvoir pour un troisième mandat, sans oublier sa gestion du pouvoir contraire à son engagement de départ. Le 3 avril 1984, quelques jours après le décès du président Sékou Touré, le colonel Lansana Conté prend le pouvoir et condamne les violations des droits de l’Homme sous le régime précédent. Un Comité militaire de redressement national (CMRN) est investi

Le dessein égoïste et très personnel étant, au bout du compte, de s’ouvrir un boulevard vers un troisième mandat, voire une présidence à vie, si affinités. La mode des troisièmes mandats est sans frontière et fait surtout des adeptes dans une Afrique que certains finiront par se donner raison d’avoir dit qu’elle n’est pas mûre pour la démocratie. Pourtant, la pratique est combattue avec la dernière énergie par les opposants. Mais dès que ceux-ci se retrouvent sur l’autre rive, comme Alpha Condé, ils embrassent,

Le syndrome du 3è mandat est devenu prégnant en Afrique de l’Ouest. Après la sonde envoyée par Alassane Ouattara qui n’a pas reçu un accueil favorable, un autre coup de force se signale du côté de Conakry. Alpha Condé dont le dernier mandat arrive à échéance fin 2019 semble plus que tenté par les prolongations, mijotant une révision constitutionnelle pour «moderniser des institutions». Mais pour l’opposition, c’est le verrou de la limitation des mandats que vise ce projet et qu’elle promet d’empêcher. Alpha Condé a-t-il

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a été lancé ce mercredi à Conakry. Ce mouvement socio-politique qui regroupe l’ensemble des forces vives de la nation, compte défier Alpha Condé, dont l’intention de modifier la Constitution pour s’octroyer un troisième mandat devient de plus en plus persistante. Plusieurs leaders politiques dont Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Ousmane Kaba, Faya Millimono,… et  des acteurs de la Société civile regroupés au sein des forces sociales étaient présents à la cérémonie du lancement de ce mouvement