Image Alt

A la Une

COMMUNIQUE N°027 Le FNDC remercie les citoyens guinéens sortis massivement s’opposer au troisième mandat d’Alpha Condé et empêcher l’assassinat programmé de notre démocratie, aussi bien à Conakry que dans les préfectures de l’intérieur du pays, notamment à Dalaba, Boké, Fria, Mamou, Koundara, Lélouma, Gaoual, Sangarédi, Tougué et Kindia. Le FNDC déplore la répression dans le sang de cette manifestation qui, contrairement à celle du 7 novembre, a enregistré de nombreux blessés par balles, y compris des journalistes dans l’exercice de leurs fonctions. En effet, les forces

COMMUNIQUE N°026 Dans le cadre de sa marche pacifique de demain jeudi 14 novembre 2019, le FNDC a adressé une déclaration de marche aux Maires des trois communes concernées par la manifestation, à savoir Matoto, Matam et Kaloum. Cette démarche du FNDC a respecté aussi bien la forme que le fond conformément aux disposition de la loi en vigueur en République de Guinée. Nous sommes à moins de 24 heures avant le début de cet important rendez-vous tant attendu par des milliers de citoyens de Conakry

COMMUNIQUE N°023  Dans son communiqué précédent, le FNDC en appelait à une manifestation sans précédent le jeudi 7 Novembre 2019 en ces termes : « Peuple de Guinée, lève-toi pour faire de cette date un moment décisif pour la suite de notre combat ».  Le peuple de Guinée a répondu massivement au mot d’ordre ainsi lancé et s’est illustré par une mobilisation qui, de par son caractère extraordinaire, sera gravé dans l’histoire de l'ancrage démocratique en Guinée.  En effet, c’est une impressionnante vague rouge qui a déferlé

Sur les indices qu’il invoque pour justifier sa démarche de saisine de la Cour, le FNDC invoque les propos d’Alpha Condé du 24 mars 2019, au siège du RPG-arc-en-ciel, dans lesquels il invitait ses partisans à se préparer à l’affrontement si nécessaire. Il rappelle également ceux plus récents du ministre de la Sécurité, Alpha Ibrahima Keïra qui, au même siège du RPG, le 21 septembre dernier, disait en substance:

ans une déclaration rendue publique jeudi, le collectif des femmes de partis politiques et de la société civile a appelé à une série de manifestations à partir du lundi 14 octobre pour s’opposer au changement de constitution. Hadja Sarangbé Condé, la porte-parole dudit collectif, a déclaré que dans la vie d’une nation, ‘’il arrive des moments où se taire serait un crime’’, avant de préciser que la ‘’situation actuelle de notre pays nous interpelle’’. Le collectif des femmes de partis politiques et de la société civile

Monsieur le président, L’histoire de la politique Guinéenne est têtue pour ne pas dire bête, c’est l’éternel recommencement sans fin, des mêmes faits et des mêmes actes. L’homme politique Guinéen est celui qui se réinvente dans l’exercice du pouvoir. Qui aurait bien pu imaginer qu’une fois Alpha CONDE « Président », les Guinéens se battront encore pour l’alternance ? Telle est l’équation à laquelle nous sommes soumis à date. Notre triste destin Guinéen nous oblige à faire face à la réalité, d’oublier l’histoire parce que