Image Alt

A la Une

Avec la divulgation de la Constitution-bidon que ses sordides officines viennent de lui concocter, Alpha Condé vient de nous prouver que rien ne le fera reculer : ni la force du peuple, ni le regard réprobateur de la communauté internationale. Il lui aurait fallu pour cela un minimum de pudeur, qualité qu’il n’a assurément pas. Il tient à son troisième (voire son quatrième ou cinquième) mandat. Et il l’aura, quitte à cracher sur la morale et le droit et à brûler le pays. Quand, à

Les masques viennent de tomber. Alpha Condé a parlé pour exprimer sa position tant attendue sur la nouvelle constitution. Si étroitement liée au quotidien des Guinéens, à l’état de la démocratie, à l’avenir du pays. Après tant de gâchis en vies humaines, en violence policière, en recul des libertés, en temps de travail, l’heure ne devrait plus être à l’interrogation. Que nenni, hélas ! On ne peut pas ne pas s’interroger en attendant qu’il rentre d’Abuja pour revenir sur ce discours, sûrement rédigé à l’emporte-pièce

Alors qu’un débat sur la nouvelle constitution et un troisième mandat en faveur d’Alpha Condé fait rage en Guinée, les dirigeants ouest-africains ont précisé que la plupart des pays qui organiseront des élections en 2020 en seront à leur cinquième ou sixième cycle électoral et que cela constituera un important test de l’engagement de la CEDEAO en faveur de la consolidation de la démocratie. Saluant les avancées démocratiques réalisées dans les région, la conférence a exhorté les Etats membres de la CEDEAO, devant organiser des

Dans son adresse à la Nation du jeudi 19 décembre 2019, Monsieur Alpha CONDÉ a annoncé officiellement sa décision de perpétrer le coup d’Etat constitutionnel que le peuple n’a cessé de dénoncer tout au long de cette année, en exprimant clairement son opposition à toute présidence à vie. En s’engageant dans cette voie, le Chef de l’Etat commet un parjure et perd ainsi toute légitimité. En l’absence délibérée de la Haute Cour de Justice pour constater ce parjure, il revient au peuple de Guinée d’en

COMMUNIQUE N°035 La lutte engagée par le FNDC pour la défense de la Constitution se poursuit avec détermination et abnégation sur l’ensemble du pays, grâce à l’adhésion totale des Guinéens dans leur écrasante majorité. Les semaines passent et se ressemblent car le peuple de Guinée n’acceptera jamais que l’imposture s’installe dans le pays et ce, quel que soit le prix à payer. Les assassinats, les répressions et intimidations n’auront aucun effet sur la détermination des membres et sympathisants du FNDC qui se sont engagés à mener le

COMMUNIQUE N°032 La lutte engagée par le FNDC depuis sa création le 3 avril 2019, vient de gagner sa première bataille décisive avec la libération des leaders du Mouvement injustement incarcérés pendant plus de quarante-cinq jours. Le FNDC exige la libération immédiate et sans conditions de tous ceux qui sont encore injustement emprisonnés à travers le pays. Malgré toute son importance, la libération de certains camarades de lutte n’est qu’une étape qui conduira à l’objectif final, celui d’empêcher le tripatouillage de notre Constitution. Les grandioses manifestations organisées par

L’appel à manifester du FNDC, ce mardi 26 novembre 2019, a été largement entendu à Conakry et dans plusieurs villes de l’intérieur du pays, dans un climat de civisme et de sérénité. Avec plus de deux millions de manifestants, ce cinquième acte de la mobilisation du FNDC traduit de manière éloquente la volonté du peuple de Guinée, dont le temps n’entame nullement la détermination, d’en finir avec ce régime liberticide et son projet illégal et anti-démocratique de nouvelle Constitution. L’unité et la solidarité affichées par les

COMMUNIQUE N°029 Dans son dernier communiqué datant du lundi 18 novembre 2019, le FNDC a annoncé son nouveau programme d’activités.  Cette annonce s’est faite en marge de la plénière du Mouvement qui a regroupé les leaders de toutes les entités membres du FNDC.  La marche des femmes du FNDC qui s’est tenue le mardi 19 novembre 2019 a connu un franc succès notamment à Conakry, Labé, Dalaba et aux États Unis d’Amérique. Au cours de ces manifestations, les braves femmes de Guinée ont dénoncé les assassinats de