Image Alt

Author: FNDC Guinée

Déclaration N°012/FNDC/2019 Ce mois de repentance n’aura malheureusement pas échappé au débat artificiellement créé par les tenants du pouvoir sur la nécessité de doter la Guinée d’une nouvelle Constitution, alors que l’objectif poursuivi est d’empêcher l’alternance démocratique pour maintenir au pouvoir le Président actuel au-delà de son second et dernier mandat. En effet, il est important de rappeler qu’à aucun moment le peuple n’a exprimé de rejet quant à la Constitution actuelle. C’est dans ce contexte d’instrumentalisation du peuple que la déclaration de soutien du

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, se prépare à l’après présidence à moins de 17 mois de la fin de son second mandat présidentiel. Après son mandat, voilà où va atterrir Alassane Ouattara Alassane Ouattara prépare activement ses vieux jours. Le chef de l’Etat ivoirien qui est actuellement à la fin de son second mandat, penche de plus en plus pour un autre cadre de son parti politique afin d’assurer la continuité de l’Etat après son départ en 2020. Au moment où la question de

Dans cet article, Amadou Barry depuis Bruxelles fait le rappel du parcours du président actuel de  la Guinée, pour signifier son incompréhensible volonté de se maintenir au pouvoir pour un troisième mandat, sans oublier sa gestion du pouvoir contraire à son engagement de départ. Le 3 avril 1984, quelques jours après le décès du président Sékou Touré, le colonel Lansana Conté prend le pouvoir et condamne les violations des droits de l’Homme sous le régime précédent. Un Comité militaire de redressement national (CMRN) est investi

Le dessein égoïste et très personnel étant, au bout du compte, de s’ouvrir un boulevard vers un troisième mandat, voire une présidence à vie, si affinités. La mode des troisièmes mandats est sans frontière et fait surtout des adeptes dans une Afrique que certains finiront par se donner raison d’avoir dit qu’elle n’est pas mûre pour la démocratie. Pourtant, la pratique est combattue avec la dernière énergie par les opposants. Mais dès que ceux-ci se retrouvent sur l’autre rive, comme Alpha Condé, ils embrassent,

Le syndrome du 3è mandat est devenu prégnant en Afrique de l’Ouest. Après la sonde envoyée par Alassane Ouattara qui n’a pas reçu un accueil favorable, un autre coup de force se signale du côté de Conakry. Alpha Condé dont le dernier mandat arrive à échéance fin 2019 semble plus que tenté par les prolongations, mijotant une révision constitutionnelle pour «moderniser des institutions». Mais pour l’opposition, c’est le verrou de la limitation des mandats que vise ce projet et qu’elle promet d’empêcher. Alpha Condé a-t-il

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a été lancé ce mercredi à Conakry. Ce mouvement socio-politique qui regroupe l’ensemble des forces vives de la nation, compte défier Alpha Condé, dont l’intention de modifier la Constitution pour s’octroyer un troisième mandat devient de plus en plus persistante. Plusieurs leaders politiques dont Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Ousmane Kaba, Faya Millimono,… et  des acteurs de la Société civile regroupés au sein des forces sociales étaient présents à la cérémonie du lancement de ce mouvement

Le Front National pour la Défense de la Constitution a réagi mercredi à la condamnation des 7 opposants  à un 3ème mandat pour Alpha Condé, par le tribunal de première instance de Kindia. Tout en regrettant cette décision de justice,  le Front qui regrette le manque de courage des magistrats, s’inquiète également du sort de Mamady Kaback BANGOURA, dont on n’a pas de nouvelles depuis son arrestation. Lisez….. ‘’Le samedi 04 mai 2019, des militants de la démocratie ont été injustement arrêtés, violentés et brutalisés lors de la

Pendant que le contentieux qui l’oppose à l’UFDG de Cellou Dalein Diallo est toujours pendante à la Cour d’appel de Conakry, en attendant le verdict prévu le 25 juin prochain, Bah Oury n’exclut pas de se présenter aux prochaines consultations électorales  (législatives et présidentielles). Pour l’ancien Vice-président exclu de l’UFDG, « Cette affaire politico-judiciaire ne gêne  nullement notre démarche politique pour les législatives et les présidentielles. ». Parce que, estime-t-il, « avant tout c’est une question de recherche de la justice car il ne faut pas perdre de