Image Alt

FNDC

Alpha Condé charge les détenus : “personne n’a le droit de leur coller une infraction” répond Me Traoré

Comme du berger à la bergère, le coordinateur du collectif des avocats en charge de la défense des opposants détenus rappelle au président Alpha Condé qui les a chargé dans une récente interview chez Jeuneafrique, qu’ils sont présumés innocents à date.

Me Mohamed Traoré ajoute que nul ne doit les accuser d’une quelconque infraction tant que leur culpabilité n’est pas établie par une condamnation définitive.

” En tant qu’avocat de la défense de ces détenus politiques, je rappelle que selon les dispositions préliminaires du code de procédure pénale adopté sous l’égide du Président de la République en 2016 ” Toute personne suspectée ou poursuivie est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été établie conformément à la loi. Les atteintes à la présomption d’innocence sont prévenues, réparées et réprimées dans les conditions prévues par la loi”. Cette disposition doit avoir tout son sens. Pour nous, aucune juridiction n’a encore déclaré ces détenus politiques comme commanditaires d’infractions ou fauteurs de troubles. Tant qu’une décision de condamnation définitive ne les déclare pas coupables des faits qui leur sont reprochés, personne n’a le droit de leur coller une infraction. Ils ne seront coupables que lorsque sera rendu contre eux une condamnation définitive. En attendant, ils n’ont commis aucune faute pénale, c’est ce que la loi dit, la loi qui est l’expression de la volonté souveraine de tous les Guinéens. Puisqu’un procès sera organisé, ce que ces détenus et leurs avocats souhaitent vivement d’ailleurs pour livrer leur part de vérité au peuple de Guinée, chacun d’entre nous doit attendre l’issue de ce procès. En tout cas, pour l’instant, aucune preuve n’a été présentée à ces détenus. Il ne suffit pas de présenter tel ou tel objet à la télévision ou d’établir un rapport unilatéral; encore faut-il établir le lien entre la personne accusée et l’objet en question. Lorsque vous accusez une personne d’avoir fabriqué, détenu ou stockées des armes, vous devez obligatoirement montrer ces armes et faire le lien entre la personne poursuivie et les armes en question. Quand vous accusez une personne d’avoir commandité une infraction, il faut être en mesure de le démontrer. Il ne faut pas perdre de vue que ce sera un procès public. On se rappelle encore les difficultés du parquet à démontrer la culpabilité des accusés dans le dossier du ” 19 juillet 2011″. À un moment donné, le juge a beau vouloir faire plaisir au pouvoir, il finira par faire un choix entre son honneur et le souci de rendre service à travers sa décision. En tout cas, nous attendons impatiemment la tenue du procès de ces détenus “, a réagi Me Mohamed Traoré, coordinateur du collectif des avocats en charge de la défense des détenus politiques.

Lire sur Mosaiqueguinee

Ajouter un commentaire