Image Alt

FNDC

Troisième mandat : Le silence satanique

Lorsqu’ils ont annoncé leur intention de se tailler une nouvelle « constitution », tout Guinéen doté d’un minimum d’intelligence savait que c’est le chemin qu’il voulait emprunter pour arriver à un troisième mandat. Ils ont soutenu partout que les deux questions n’étaient pas liées et qu’ils voulaient tout simplement doter le pays d’une constitution légitime. Certains se sont laissé convaincre ou ont fait semblant d’avoir été convaincus par cet argument. Des acteurs de la société civile et autres leaders politiques acquis au projet ont d’une certaine manière largement contribué à donner du poids à cet argument, se rendant ainsi complices de la mort programmée de notre jeune démocratie. L’Histoire retiendra le rôle, bon ou mauvais, joué par chaque Guinéen et chaque Guinéenne dans cette affaire.


Le monde entier sait aujourd’hui que le texte qu’invoquent nos gouvernants comme norme fondamentale n’est pas l’expression de la volonté des citoyens guinéens et manque, par voie de conséquence, de la légitimité qu’ils nous avaient promise. Mais ils n’en ont cure, l’essentiel pour eux était ailleurs. Il leur fallait tout simplement concocter un texte sur lequel ils pourraient se baser pour dire qu’on passe d’une troisième République à une quatrième République et arguer ainsi que tout mandat qui serait octroyé par la suite à l’actuel Président de la République, serait le premier et non troisième. Il n’y a pas un Guinéen de bonne foi qui ne comprend pas que cette argumentation n’est qu’un simple juridisme.

Lire la suite sur le lynx

Ajouter un commentaire