Image Alt

juillet 2020

Alpha Condé a un mépris total pour la Guinée et particulièrement pour la Haute Guinée qu’il considère comme sa propriété. Ce mépris est d’autant plus profond que la plupart des cadres de cette région, aujourd’hui occupant des postes dits juteux, ont préféré le silence en vue de continuer à s’enrichir au détriment de leurs frères et sœurs abandonnés dans la pauvreté.

D'après M. Mamadi Kaba, ancien Président de l'Institution Nationale des Droits Humains ( INIDH), le succès des manifestations de janvier et février 2007 dépendait du fait qu'elles étaient menées par la société civile mais très fortement soutenue par les partis politiques. Il reconnaît que la société civile n'aurait pas pu mobiliser à elle seule les millions de Guinéens qui étaient descendus dans la rue. Mais la classe s'était montrée discrète et avait pris soin de laisser le leadership du mouvement aux acteurs de la

Cette milice obéit aux ordres du Ministre de la sécurité Albert Damatang Camara et de ses acolytes Ansoumane Camara dit Baffoé et Fabou Camara. Elle est responsable des tueries et enlèvements des citoyens perpétrés ces derniers temps dans les différents quartiers de Conakry et à l’intérieur du pays.

Ils dénoncent ce qui s’analyse à leurs yeux comme un climat « d’intimidations et de harcèlement judiciaire à l’encontre des opposants mais également de leurs avocats guinéens », selon Me William BOURDON Vincent BRENGARTH qui soulignent que « la spirale répressive s’est également poursuivie le 21 juillet 2020, suite à des manifestations apolitiques réclamant la fourniture d'électricité à Kankan ».

Le front national pour la défense de la constitution n’a pas tardé à réagir après la sortie de Malick Sankhon qui insiste sur un 3ème mandat en faveur d’Alpha Condé et qui équivaudrait à diriger la Guinée jusqu’en 2026. Pour Ibrahima Diallo, en charge des opérations au sein de ce mouvement opposé à un mandat de plus de l’actuel président, les déclarations du directeur général de la caisse nationale de sécurité sociale prouvent à suffisance qu’une dictature est en perspective en Guinée. « Pour nous, c’est la preuve encore

COMMUNIQUE N°122  Les forces de défense et de sécurité réquisitionnées par le régime pour réprimer la manifestation du 20 juillet ont tué deux citoyens, tous par balles.  Le FNDC adresse ses sincères condoléances aux familles des deux compatriotes lâchement tués par des armes de guerre utilisées contre les opposants au coup d’État constitutionnel d'Alpha Condé.  Privant les familles endeuillées de tout espoir de justice et de toute compassion, le Gouvernement a publiquement nié ce triste bilan de la répression qu'il a ordonnée ainsi que l'usage des armes

Le ton est ferme ! Abdourahmane Sano, coordinateur national du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), vient de briser le silence, promettant que l’opposition va anéantir Alpha Condé et l’amener à se raviser. Confiné à domicile le jour de la manifestation appelée par sa plateforme le lundi 20 juillet 2020, M. Sano revient sur cette journée. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, le leader du FNDC parle de la prochaine étape pour obtenir le départ du dirigeant guinéen.

Vous voulez que les gens prennent les armes contre leur propre pays comme l'avaient fait certains au temps de Conté ? Êtes-vous nostalgiques de l'époque des rébellions armées ? Il est bien vrai que c'est le souhait de certains parce qu'ils pourraient prospérer ainsi dans le trafic d'armes aussi puisque c'est un autre business juteux. Mais ce n'est pas l'option du FNDC

Suspendue depuis des mois en raison de la pandémie de coronavirus, la contestation contre un éventuel troisième mandat du président guinéen Alpha Condé a repris, ce lundi 20 juillet, à Conakry et a été marquée par des heurts entre manifestants et forces de l'ordre. Le gouvernement guinéen a assuré que l'appel à manifester des opposants au chef de l'État n'avait «pratiquement pas été suivi».